Tag Archives: procédés

L’Autoportrait en noyé (18 octobre 1840), la première fiction photographique.

1 Avr

Hippolyte Bayard se représente sur une de ses photographies que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Autoportrait en noyé, (réalisée le 18 octobre 1840) tel un cadavre, torse nu, les yeux fermés, afin d’interpeller l’Académie et le roi qui admiraient ses travaux mais ne le soutenait pas financièrement pour continuer ses recherches, comme ce fut le cas pour Daguerre. On dit souvent qu’il s’agit de la première image mise en scène, le premier autoportrait. C’est sans doute l’un dès plus importants mais ce n’est pas le premier car en Angleterre, Talbot faisait déjà des mises en scènes. C’est la première fois qu’un artiste explore la capacité de fiction avec l’autoportrait. Avec cette image, Bayard passe d’inventeur à artiste. Cet autoportrait, qui nécessitait plus d’une heure de pause, explore déjà les potentialités de fiction, un sens de la théâtralité et de la mise en scène, une recherche d’identité qui le place tout à fait aux avant-gardes des courants novateurs qui se manifestes dès 1970. Ainsi, Hippolyte Bayard offre à la photographie sa première réelle dimension artistique, sa part de rêve, de fiction et de réalité confuse dans laquelle elle ne cessera de s’aventurer.

http://muse.jhu.edu/login?uri=/journals/modern_fiction_studies/v040/40.3sapir.html

Le site Projet MUSE – MFS modern fiction studie nous donne accès à un extrait d’ouvrage de Michal Sapir concernant l’autoportrait en noyé d’Hippolyte Bayard.

Michal Sapir est une femme écrivain et une musicienne établie à Londres. Elle écrit régulièrement au sujet de l’art visuel et de la danse contemporaine mais travaille également àune biographie de son grand père, Pinchas Sapir, ministre des finances israéliennes et leader du parti travailliste des années 1960-70.
Elle a par ailleurs obtenu un doctorat en littérature comparée concernant la culture visuelle de la New York University en 2004 pour la thèse intitulée In Praise of Falling: l’écriture et l’expérience du corps dans la modernité.

Sapir Michal, The Impossible Photograph: Hippolyte Bayard’s Self-Portrait as a Drowned Man, MFS Modern Fiction Studies – Volume 40, Number 3, Fall 1994, pp. 619-629

The Johns Hopkins University Press

http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippolyte-bayard/2-l-oeuvre-photographique/

Encyclopedia universalis: article d’Anne de MONDENARD (diplôme de l’École Louis-Lumière, diplôme de recherche de l’École du Louvre, responsable du fonds de photographie à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris).

Cet article présente les œuvres du français Hippolyte Bayard, considéré comme l’un des quatre inventeurs de la photographie avec Joseph-Niépce Nicéphore, Jacques-Louis-Mandé Daguerre et l’anglais William-Henri Fox Talbot. Ce site fait donc une brève présentation d’Hippolyte Bayard puis nous le présente comme l’inventeur du procédé photographique du positif direct. Pour terminer, nous avons une rapide description de certaines de ses œuvres tel que l’Autoportrait en noyé, mais également une bibliographie sur laquelle s’est appuyé l’auteur de l’article.

http://mucri-photographie.univ-paris1.fr/article.php?oeuvre=33

Le MUCRI PHOTOGRAPHIE de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne propose une collection virtuelle d’images photographiques, anciennes et contemporaines. Chaque image est accompagnée d’une étude inédite, théorique ou critique. Site créé par les élèves de la Sorbonne, article de Michel Dupré (styliste de mode, photographe artistique réalise des publicité, clips vidéos, séances photos d’exceptions pour sa clientèle haut de gamme.)

Cet article revient sur l’autoportrait en noyé en décrivant le texte qui l’accompagne au dos de l’image. L’auteur insiste dans sa description sur les nouveaux enjeux que soulève l’artiste par mise en scène novatrice et la double fiction qu’il utilise.

http://www2.cndp.fr/themadoc/niepce/AI_Bayard-Imp.htm

Site créé par des élèves du Louvre. Ceci est un site consacré à Hippolyte Bayard et sa photographie, Autoportrait en noyé, réalisée en 1840. Nous parcourons l’étude de cette célèbre photographie tout dabord par l’image de celle-ci puis par l’état de la photographie en 1840. Les auteurs du site nous présentent ensuite le personnage d’Hippolyte Bayard puis l’analyse de la photographie.

http://www.uel.br/revistas/uel/index.php/discursosfotograficos/article/view/5268/7031

Juan Albarrán Diego est historien et critique d’art, il possède une maitrise d’art contemporain. Il effectue ses recherches à l’université de Salamanque en Espagne. Ce lien donne accès à l’ébauche de son projet qui s’inscrit dans le cadre de sa recherche et d’une plateforme de développement des arts visuels dans l’ère du numérique.

L’auteur rédige cette brochure nommée « Mise en scène: fotografía y escenificación en los albores de la modernidad » (:Mise en scène : la photographie et la mise en scène à l’aube de la modernité) afin de mettre en évidence les différentes mises en scènes fondatrices à cette époque qui ne sont également pas à négliger dans leur rôle joué à l’origine dans la naissance de la mise en scène au cinéma.

http://www.flickr.com/photos/td13geekteam/

Cette page Flickr a été créée par nous-même, Mélissa Roux, Aude Romedenne et Apolline Roesch, dans le cadre  d’un cours de ressources numériques au cours de notre Licence 2 d’Histoire de l’art.

Elle regroupe les œuvres clé d’Hippolyte Bayard, en particulier celle sur laquelle nous nous sommes le plus  penchées: Autoportrait en noyé, de 1840.  Nous y avons également rassemblé les procédés photographiques ainsi que deux œuvres de Daguerre et de Niépce.

Pour élargir le champ des oeuvres du photographe :

http://cybermuse.beaux-arts.ca/cybermuse/search/artist_work_f.jsp?iartistid=347

CyberMuse vous relie à la collection permanente du Musée des beaux-arts du Canada par internet et vous propose une expérience complémentaire, une nouvelle dimension dans l’interprétation, la compréhension et l’appréciation du patrimoine des arts visuels du Canada. Ce nouveau musée virtuel vous offre de l’information et des idées qui vous inspireront et passionneront en tout temps et en tout lieu. Nous avons donc accès à différentes photographies réalisées par Hippolyte Bayard lui même.
CyberMuse nous présente plus de 20 000 images d’œuvres de la collection permanente du Musée, des enregistrements vidéo et audio d’artistes de réputation mondiale, des jeux interprétatifs et interactifs ainsi que la présentation d’expositions temporaires et un centre de ressources pour les enseignantes et enseignants. ce site nous montre aussi la démonstration de plusieurs techniques artistiques, des visites virtuelles du Musée, notamment l’installation de la Chapelle Rideau et des nouveautés périodiques.

http://www.flickr.com/photos/td13geekteam/sets/72157626030763647/

Lien direct vers l’album que nous avons créé qui regroupe quelques oeuvres de Bayard sur le site Flickr.

Hippolyte Bayard, retour sur la vie d’un avant-gardiste.

4 Mar

Hippolyte Bayard, Autoportrait, 1863

Hippolyte Bayard, pionnier français de la photographie (1801-1887) est peu connu malgré son invention en 1840 du procédé de positif direct, puisqu’il a vécu dans l’ombre de son contemporain Daguerre, dont l’état français achètera le daguerréotype,  à l’inverse de Bayard, nullement soutenu par quiconque.

Vous trouverez ci dessous quelques liens vous permettant d’accéder à quelques biographies de l’artiste:

http://www.marillier.nom.fr/collodions/PGH/hippolyte_bayard.html

Il s’agit d’une brève biographie du célèbre photographe Hippolyte Bayard.

Ce site est un article de Pierre G. Harmant (1921-1995). Pierre G. Harmant nous dit : « J’ai créé ce site dans le but premier de publier les articles de mon père, Pierre G. Harmant. Il a beaucoup écrit sur l’histoire et la technique photographique, mais ses articles ont été publiés dans des revues pour la plupart disparues aujourd’hui et difficiles à trouver pour l’amateur. J’ai la chance d’en avoir des copies, et je m’efforcerais d’en faire connaître l’intégralité, du moins en ce qui concerne l’histoire. Le présent site est la énième version de « Collodions & Clopinettes », puisque la première mouture date de 1996. »

http://www.biographie.net/Hippolyte-Bayard

Le site Biographie.net permet d’avoir accès à une multitude de biographies, il contient notamment celle de l’artiste photographe qui nous intéresse: Hippolyte Bayard. Cette dernière est bien référencée, la bibliographie est visible (bien que le site Wikipédia figure parmi ses sources).

Cette courte biographie relate les épisodes importants de sa vie ainsi que le rôle que l’artiste photographe a joué dans l’histoire de la photographie. Son oeuvre marquante, Autoportrait en noyé de 1840, est évoquée en mettant l’accent sur son invention (suite à la première, technique), avec humour, de la fiction photographique.

http://www.rleggat.com/photohistory/index.html

 Robert Leggat, photographe, et auteur d’ouvrages sur la photographie, est l’auteur de ce site intitulé  « A History of Photography from its beginnings till the 1920s »  créé en 1995.

Il regroupe une petite biographie de plus d’une centaine de personnalités ayant joué un rôle dans les débuts de la photographie, classés par ordre alphabétique ainsi que les procédés et les inventions qui émergèrent à cette époque.
Le site est complet, l’auteur site ses nombreuses sources et propose plusieurs liens vers des sites de musées d’Angleterre susceptibles d’intéresser le lecteur.

En raison du lien hypertexte qui ne se met pas à jour, le lecteur devra, pour découvrir la biographie de Bayard, cliquer à gauche sur l’onglet Significant People: A-D puis pointer  Bayard, Hippolyte.

http://crdp.ac-amiens.fr/idp/page7/files/da7419695ac38036452f3e5629fdd3d1-0.html

Ici vous trouverez un article de J.C. Cappronnier, de la Société Historique de Breteuil.On y voit la maison où vécut Hippolyte Bayard en illustration d’unarticle qui développe une courte biographie du photographe, puis décrit ce que certaines personnes ont décidé de mettre en place pour commémorer ce pionner trop peu reconnu.

http://etudesphotographiques.revues.org/index319.html

Article de Tania Passafiume traduit par Gaëlle Morel qui s’intitule, Le positif direct d’Hippolyte Bayard reconstitué.  Article tiré de la revue Études Photographique éditée par la Société française de photographie depuis 1996. Tania Passafiume diplômé en 1998 d’une maîtrise en conservation de l’art en se concentrant sur la conservation du papier.
Cet article nous permet de mieux comprendre le procédé du positif direct mis au point par Hippolyte Bayard en 1839, par des photographies reprenant la technique. Il semblait intéressant, à partir des deux seules descriptions parvenues jusqu’à nous, de tenter de mieux comprendre le processus par lequel le pionnier français avait réussi à produire un enregistrement sur papier respectant l’équilibre total de la vision.